#Medef suggère le #smicjeunes, maintenant …

dessin-humour-salaires-1

Crédits : Rodho

Avant, le Medef jetait des apéri-cubes sur les tables de plateaux TV pour animer le dialogue social et doper sa com’, réveiller les patrons français, ni complètement exilés, ni en réunion avec leurs fiscalistes, sensibiliser les politiciens français, ni définitivement endormis, ni au golf avec des lobbyistes, et donner du grain à moudre aux médias, ni concentrés sur le fil Twitter d’une guerre plus ou moins froidement meurtrière par ici, ni scotchés au compte facebook d’un fait divers plus ou moins instrumentalisé par là.

medefintermittents

Crédits : Acturatons

Mais c’était avant que l’Elysée ne décide d’aller renouveler les partenariats stratégiques aux Amériques (d’abord le dîner avec le “Tout Washington” auquel le président Obama devait une bonne bouffe avec une guest star un peu marrante, ensuite aux #geonpis français exilés en Californie, et maintenant au Mexique pour passer de “la mano en la mano” au “corazon con el corazon” toujours avec un quarteron de dirigeants du Medef à l’arrière de l’Airbus Air François One) pendant que le Quai d’Orsay revisite la diplomatie économique entre pays frères en inaugurant un bureau Ubifrance pour la croissance des PME françaises chez Fidel Castro, et un bureau pour la nouvelle ministre du déficit commercial en charge d’empêcher Montebourg de se mêler de dialogue transatlantique, et d’occuper Harlem Désir avec le dossier du boycott du foie gras.

14-02-12-hollande-gattaz-obama

Crédits : Placide

Maintenant, Laurence est obligée de donner des cours d’économie réelle via Twitter, depuis le délicieux Conseil Economique, Social et Environnemental du Trocadéro, à son héritier, le jeune Gattaz (également héritier de l’entreprise, et du siège patronal, de son papa, ce qui contribue sans doute à expliquer sa décontraction envers la rémunération des jeunes “normaux” dans des milieux professionnels rationnels où le salaire est grosso modo relié à la valeur ajoutée).

1661023-jpg_1545113

Crédits : Le Point

Ceci twitté, un sous-smic, c’est plus qu’une indemnité de stage aujourd’hui, et moins qu’un salaire demain, ça ne fait pas rêver, mais ça devrait peut-être se discuter un peu, avant de le jeter aux oubliettes de l’histoires des Frenchonomics sans même lui avoir donné sa chance de ne pas marcher, d’être dévoyé, et/ou de mettre les jeunes et autres syndicalistes dans la rue au printemps (c’est curieux, ou pas, que le patronat joue la provoc’, la contre-provoc’ et/ou les deux à la fois juste avant le mois de mai …).

2580931-parisot-jpg_2219783.jpg

Ah ! le dialogue (du Medef avec le gouvernement) social(site), ça a un gros potentiel de création d’emplois … au moins chez les traiteurs spécialisés en déjeuners de travail entre gros mangeurs.

ob_c340e9_hollande-humour

Crédits : ransom

Renaud Favier – 16 avril 2014

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s