Les Chantiers de Saint-Nazaire STX encore en solde ?

chantier-saint-nazaire-maxppp France

Crédits : Europe 1 – MAXPPP

Avant, les chantiers navals français étaient en danger permanent à cause de l’auto-euthanasie de la marine marchande et de l’armement de pêche nationale,  de la concurrence internationale historique et émergente, de la réduction des budgets militaires de la France, pourtant toujours Colbertiste rêveuse de puissance maritime et de fiers navires portant son pavillon autour des poussières d’Empire, et de l’absence de volonté européenne de créer un “Airbus” des grands navires civils et/ou militaires en temps et heure.

Mais c’était avant (et même avant la disparition de Tabarly, l’assassinat des ports en bandes organisées, et la chanson de Sardou “Ne m’appelez plus jamais France”).

Maintenant, le canard à la tête coupée flotte avec son inertie de paquebot, Bercy et Matignon aboyant en regardant, impuissant, le navire prendre l’eau et les larmes couler sur les joues creuses des marins démobilisés, des ouvriers condamnés au tiercé au bistrot, et au coin des yeux des nostalgiques du “made in France” et de la Marseillaise chantée (entre autres) au lancement des grands navires.

Ce qu’on en pensait, dans la presse économique, en mai 2013 (Europe 1): Les chantiers “pérennes” http://www.europe1.fr/France/Saint-Nazaire-les-chantiers-perennes-1505719/ 

Ce que les mêmes en disent, maintenant, en mai 2014 (Europe 1) : Un manque d’actionnaire stable http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Le-zoom-eco/Videos/Un-manque-d-actionnaire-stable-2118169/

Que les frégates “Mistral” soient livrées, ou pas, à la Russie ; que la SNCM survive sous perfusion et honore, ou pas, ses commandes soutenues à bout de bras par BPI et la Caisse des Dépôts une fois de plus au chevet de canards condamnés plutôt que d’oisillons prometteurs ; et que le plan de charge soit assuré quelques années de plus, ou pas, grâce à une commande de paquebot promène-couillons géant obtenue à grands renforts de prise de risque Coface  et autres leviers publics nationaux et territoriaux, la messe est probablement dite.

Saint-Nazaire, dernier grand chantier naval français, SNCM, coûteuse danseuse de la continuité territoriale au bénéfice des assistés fiscaux et autres indépendantistes subventionnés, même combat … vraisemblablement perdu depuis des décennies par le pays qui s’enorgueillit de posséder le second domaine maritime et côtier au monde, et d’être un champion de rang mondial du tourisme … Ce qu’écrit le Courrier Picard le 12 Mai 2014 sur l’imbroglio SNCM-STX et les plus récents développements de l’acharnement thérapeutique à crédit par les experts en dépense publique : “Un choix crucial pour l’état” http://www.courrier-picard.fr/france-monde/sncm-l-etat-devant-un-choix-crucial-ia781b0n364043

Frenchonomics …

Renaud Favier – 12 Mai 2014

Frenchonomics

Cliquer sur l’image pour le pdf (gratuit)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s